Logo

Petit mouchoir

Ariane Buhbinder

En bref

Un spectacle de L’Anneau Théâtre, créé en 2016, et repris ici avec une nouvelle distribution  

Petit mouchoir - Pour petits et grands spectateurs

Edité aux Editions Lansman, le texte de « Petit Mouchoir » s’adresse aux tout jeunes spectateurs à partir de 4 ans et aborde les émotions reliées au fait de grandir: la peur de l’inconnu, le sentiment de petitesse, le chagrin et l’entraide malgré les épreuves et la nécessité de la perte pour pouvoir grandir…
Le texte propose l’histoire d’un petit mouchoir qui a été emporté par le vent et se retrouve perdu dans un environnement totalement inconnu.
Dans son périple pour retourner chez, lui, il croise plusieurs animaux :
Une taupe, une caille, un chaton, une grenouille…mais aussi des objets comme une théière ainsi qu’un saule… Tous ont perdu quelque chose…
Alors qu’il est tout petit et qu’il n’y connaît rien, Petit Mouchoir sera amené malgré lui, à les consoler et tentera de les aider… A leur tour, chacun tentera de l’aider à retrouver son chemin.
Au final, Petit Mouchoir sortira grandi de cette expérience…
Du texte, se dégage l’importance de la solidarité mais aussi du dépassement de soi, de l’intuition et de la confiance en ses propres capacités, véritables atouts pour pouvoir grandir et évoluer.
Le texte encourage en effet à faire confiance en la Vie et à voir qu’on peut même se sortir grandi des épreuves parfois terribles que l’on traverse comme le déracinement, l’inconnu, la séparation…
Sous une allure anodine et très simple, il est ici question de l’approche des obstacles que la vie met sur notre chemin et de l’attitude qu’on va développer pour les vaincre. Le texte propose en effet une véritable métaphore du principe de développement de tout être humain.
Comme dans un conte initiatique, le protagoniste est un archétype du petit enfant qui au fur et à mesure des embûches qu’il traverse, réagit, comprend, se rassure et grandit.
Dans l’histoire, nous assistons à l’évolution du personnage de Petit Mouchoir. Comme l’enfant, il est d’abord fœtus (installé bien au chaud dans la poche du manteau), puis est projeté à l’extérieur, emporté par le vent et amené à rencontrer les autres et le monde. Ce faisant, il grandit peu à peu.
Pour rendre compte de ce parcours, nous avons imaginé au niveau scénographique l’élaboration d’un dispositif « à jouer » plutôt que celle d’un décor à proprement parler. Nous avons constitué à cet effet un principe de grande boîte noire ; il s’agit en fait d’un dispositif carré disposé au sol dont le centre troué, et tendu de bandes noires élastiques de 3m sur 3m permettant ainsi de faire surgir les comédiens ou encore des objets de l’intérieur du carré ou autour de celui-ci, et de la sorte de susciter des images très ciblées. Le décor et les costumes sont noirs, les objets sont blancs. L’esthétique contrastée permet de créer un univers minimaliste et homogène.
Petit Mouchoir quant à lui, est aussi un petit carré mais de tissu blanc, manipulé comme une marotte directement par les acteurs, ou bien encore disposé au bout de tiges. Il apparaît et disparaît du fond noir, voletant, tournoyant, voyageant, jusqu’à surgir grandi à la fin. En priorisant l’option de le faire grandir d’un coup et non pas progressivement, nous souhaitons placer le spectateur dans la peau de parents potentiels qui n’auraient pas vu leur enfant grandir et s’en apercevraient brusquement, ce qui accentue encore davantage l’importance de sa croissance.

En pratique

Rencontre professionnelle: Premier tour les lundi 10 et mardi 11 septembre, entre 10h et 17h. Second tour, jeudi 13 et vendredi 14 septembre, entre 10h et 17h.
Les répétitions auront lieu en octobre 2018 et en janvier 2019
Les représentations prévues à ce jour pour la saison prochaine sont programmées en janvier, février, mars, avril et juin 2019 (une vingtaine de représentations garanties). La diffusion se poursuivra durant la saison 2019-2020 et par la suite selon les demandes. Deux versions du spectacle coexistent : « Petit Mouchoir » 4 ans et plus et « Toupetit Mouchoir » 2ans1/2 et plus. L’équipe des deux comédiens doit pouvoir assurer les deux versions. Vu le succès du spectacle, ( + de 250 représentations) nous constituons une deuxième équipe, il ne s’agit donc pas d’une création, mais d’une reprise.

 

A propos de Ariane Buhbinder

Après des études littéraires et musicales Ariane Buhbinder a étudié la mise en scène à l’INSAS Bruxelles et n’a cessé depuis lors d ’œuvrer dans le domaine de la création théâtrale. Ayant vécu et travaillé durant 10 ans au Québec, elle a fondé à Bruxelles en 1996, la compagnie « L’Anneau -Théâtre » qu’elle dirige depuis lors et au sein de laquelle elle développe un langage original à l’intention du jeune public qui lui tient profondément à cœur.
Particulièrement sensible à l’univers de l’enfant, jongleuse de mots et d’images, elle explore des propositions scéniques diverses, s’attachant à mettre en lumière les émotions et les interrogations de l’enfant intérieur.
Avec son travail, elle contribue au développement d’une dramaturgie originale pour le jeune public et plus largement au développement de l’ensemble du secteur dans lequel elle est très impliquée. Elle siège au comité belge de la SACD ainsi qu’au Conseil du Théâtre qui est l’instance d’avis pour le Théâtre jeune public. Elle est également très active au sein de la Chambre des Théâtres Enfance Jeunesse (CTEJ) où elle est membre du Conseil d’Administration ainsi que de diverses commissions.
Metteure en scène, auteure, compositeure, conceptrice, elle a signé à ces titres divers, de nombreux projets théâtraux qui ont été, pour la plupart, largement diffusés en Communauté Française, en Suisse, en France ou au Québec: « Coup de Fil », « Les Enfants n’ont pas de Sexe ? », « Oui ou Non », « L ’Amour Guérit », « Morgane », « Seuls », « Le petit Creux », « Petitou », « J’aurai ta Peau », « Les Pieds sur Terre », « Champ Bleu », « Les petits Orteils », « Où est passé Mozart ? », « La route pavée d’or », « L’épouvantable petite Princesse », « Cric crac », « Petites histoires philo-zoo-phiques », « Monsieur Toubli », « Nox », « Haricot Princesse », « Autour d’Erik Satie », « Le pain des invités », « Petit Mouchoir », « E-Laine », …

La compagnie L’Anneau Théâtre

Face à la cruauté d’un monde où se côtoient le luxe et la barbarie et dans lequel l’enfance n’a, la plupart du temps, qu’une valeur mercantile, les créations théâtrales de l’Anneau s’attachent à donner chair aux émotions et préoccupations de l’enfant …
Confrontant les mots aux images et à la gestuelle, donnant vie aux objets, les spectacles transitent du rire aux larmes, tâchant de se mettre à son diapason. Conjugant réalité et imaginaire, elles interrogent de manière poétique l’humanité dans ce qu’elle a de plus sensible et également de plus enfoui : les pulsions, les peurs, les besoins, les désirs…
Pour chaque production, des créateurs et des acteurs professionnels de qualité rejoignent la compagnie pour mettre en place de nouvelles propositions scéniques, des mises en forme originales, percutantes, des langages en correspondance…

Ariane Buhbinder

Distribution

Un rôle féminin et un rôle masculin en remplacement de Julie Nayer et Renaud Tefnin (indisponibles) pour la saison 2018-19.

Note d'intention

Le texte donne la parole tantôt à un conteur, tantôt à des animaux, tantôt à des objets et même à un arbre !
Nous avons donc expérimenté plusieurs pistes de traitement à ce niveau pour permettre de passer de l’un à l’autre tout en gardant une cohérence ainsi qu’une économie et garantir que le propos demeure accessible aux petits.
Le texte étant déjà très exhaustif, puisqu’il annonce les personnages et les situations, nous avons gardé à l’esprit que la mise en scène doit être un tremplin pour l’imaginaire plutôt que de l’illustration ou de la transposition.
Nous nous appuyons sur le pouvoir évocateur du conteur, dont la narration constitue l’épine dorsale de l’interprétation.
A l’image d’une perception de Soi « en morceaux » comme peut l’avoir le jeune enfant qui n’a pas encore la conscience pleine et entière de son identité, nous travaillons sur la partition du corps dans la constitution de nos images. Cela nous conduits à faire le focus sur certaines parties du corps des comédiens ; mains, buste, visage, pieds….
Nous partons de l’idée que ce sont les mains qui découvrent l’histoire et commencent à la raconter, puis, que l’envie de raconter se propage au reste du corps, se prolongeant dans l’espace, sur les surfaces du décor et en interaction avec les objets. L’interprétation est de ce fait basée sur la création d’une fluidité organique entre ces divers éléments : texte, corps, gestes, sons, manipulation d’objets…
Quant aux autres personnages rencontrés par Petit Mouchoir, ils sont incarnés par les comédiens qui axent leur interprétation sur une partie du corps en particulier, à laquelle s’ajoutent quelques éléments de costume ou objet…( bonnet noir pour la taupe, plumes pour la caille, queue et moufles pour le chat, fourreau pour le saule, pattes pour la grenouille, chapeau et nez pour la théière, jupette pour l’abeille)
Par ailleurs, nous travaillons la mise en mouvement chorégraphique de certaines des parties du corps à d’autres moments ( les mains ou les pieds ) pour accompagner la rythmique d’un texte ou initier celle d’une chanson.
L’univers sonore
Le texte s’amuse de façon récurrente avec les sons divers, les ritournelles, les mots, les assonances et fait donc appel à un traitement spécifiquement sonore et musical. Pour ce faire, nous amplifions le dispositif scénique avec des micros dissimulés dans le décor de façon à permettre la résonnance sonore. Les comédiens peuvent ainsi effectuer des percussions à certains endroits prévus à cet effet ;
Les échos sonores en sont alors amplifiés et traités, remixés en régie, ce qui nous permet d’utiliser les mêmes zones pour créer des effets différents et des atmosphères spécifiques.
Les comédiens sont donc également chanteurs et musiciens en live. Toute la partition sonore se fait effectivement en direct. Aucun son n’est pré-enregistré, ce qui donne une immédiateté et une sensation de proximité à l’univers sonore du spectacle.

°°° ...cela réclame des deux manipulateurs conteurs une grande souplesse, un engagement physique plutôt sportif. Car il y en a du monde. Jugez-en : une taupe, une caille, une grenouille et des nénuphars, un saule particulièrement pleureur, une théière, une abeille... chacun est en difficulté et le mouchoir leur vient en aide... - Michel Voiturier Rue du théâtre 23 août 2016 °°°

Préparation de la rencontre

Il vous sera demandé lors du premier tour:

  • De proposer en lecture ou par cœur une interprétation de la scène 1
  • Et une interprétation libre de la scène 3 avec le personnage de la caille (pour les femmes), et de la scène 5 avec le personnage du saule ( pour les hommes)

Voici le texte de travail. Le mot de passe vous a été communiqué dans le mail introductif.

 

°°° ... La caille qui ne retrouve plus son oeuf, le chat qui a perdu une dent de lait, la théière qui pleure sa jeunesse perdue... les personnages se succèdent et les enfants sont scotchés. Regards et gestes calés à la seconde près, répliques en ping-pong ou lancés en choeur: le spectacle de l'Anneau est une machine de précision...... - Estelle Spoto le Vif L'express 2 septembre 2016 °°°

Conditions de participation

1. Être inscrit(e) au Centre des Arts scéniques, promotions   ’15, ’16, ’17
2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)
3. Être libre toute la durée du stage et arriver à l’heure
4. Nous avoir transmis votre CV (format pdf) et une photo actualisés (format jpg) au plus tard lors de votre inscription, si cela n’a pas déjà été fait
5. Respecter la date de clôture des inscriptions

°°° ... Le dispositif – un imposant carré noir d’où surgissent les surprises qui tissent le récit – se révèle original, simple et efficace. Les comédiens, espiègles et attachants Julie Nayer et Renaud Tefnin y déploient une belle énergie. L’écriture fluide et très musicale d’Ariane Buhbinder nous emmène avec délicatesse sur ces voies où il fait bon grandir. - Sarah Colasse le Ligueur °°°