Logo

Phèdre

Pauline d’Ollone et Karine Ponties

En bref

Pauline d’Ollone, metteuse en scène, accompagnée de Karine Ponties, chorégraphe, recherche des acteur·rices avec une énergie brute et viscérale, une... Lire l'article

Entre l'alexandrin et le krump

J’aime que le spectateur et la spectatrice aient une place centrale dans le spectacle et que la fable leur soit donnée pleinement et dans toute sa complexité. Dans cette pièce, certaines références mythologiques pourraient échapper aux spectateur·rices et les tenir ainsi à distance. Et je veux au contraire créer une relation de complicité entre les acteur·rices et le public. C’est pourquoi, l’acteur·rice pourra alors se comporter comme un intermédiaire-narrateur·rice et créer des ponts entre la fable et les auditeur·rices. Dans Reflets d’un banquet, j’avais déjà travaillé à transmettre une langue et une culture passées pour la faire résonner avec notre époque. Et je souhaite poursuivre ce travail avec Phèdre.

Si des références mythologiques ou historiques viennent à manquer, l’acteur·rice pourra se permettre de passer de la poésie à la prose, afin d’expliquer son personnage, son enjeu, son désir. Soit avant la prise de parole soit pendant la prise de parole en alexandrins. En le faisant sur le mode d’un Denis Guénoun dans La lettre au directeur du théâtre, les personnages auraient à la fois un retour sur eux-même pour expliquer leurs motivations et en même temps pourraient juste après s’abandonner complètement à l’émotion du texte. Le·La spectateur·rice sera également placé·e dans un rôle de confident·e. Les personnages leur confieront leurs secrets, les consulteront et les interrogeront, comme dans cette scène où Phèdre vient d’apprendre l’amour d’Hippolyte pour Aricie :

“Ils s’aiment! Par quel charme ont-ils trompé mes yeux?
Comment se sont-ils vus ? Depuis quand ? dans quels lieux?
Tu le savais. Pourquoi me laissais-tu séduire?”

J’aimerais faire des allers-retours entre le Phèdre de Sénèque et celui de Racine. La prose de Sénèque est crue et met en évidence l’extrême violence de cette fable. Cela permet de se rappeler que derrière l’alexandrin de Racine, la réalité décrite est aussi brutale. Il ne faut pas se laisser bercer par une musique apparemment harmonieuse de l’alexandrin, mais au contraire, aller à l’enquête de tout ce qui trahit le débordement, et le feu dévorant qui consume les personnages. Car Racine malmène l’alexandrin : ruptures rythmiques, enjambements, rejets, allitérations, diérèses sont autant d’indices musicaux et rythmiques du désordre émotionnel dans lequel les personnages sont plongés.

 

En pratique

Audition du 12 au 15 novembre 2019 ET les 18 et 21 novembre 2019 

  • du 12 au 13 novembre : premier tour demi-journée avec Pauline d’Ollone au Kjbi
  • le 14 novembre : 2e tour (10h-17h) avec Pauline d’Ollone au Kjbi
  • le 15 novembre : 3e tour (10h-17h) avec Pauline d’Ollone au Kjbi
  • le 18 novembre : suite de l’audition (10h-13h) avec Karine Ponties lieu à définir à Bxl
  • Facultatif mais présence souhaitée : les 19 et 20 novembre (10h-17h) avec Karine Ponties et des acteur·rices et danseur·euses extérieur·es au CAS qui auditionnent également – lieu à définir à Bxl
  • le 21 novembre (10h-17h) avec Karine Ponties et des acteur·rices et danseur·euses extérieur·es au CAS qui auditionnent également – lieu à définir à Bxl

Lieux et dates de répétitions :

  • Période de répétition en Juin 2020 (à définir).
  • Entre le 7 septembre 2020 et le 9 novembre 2020 au Théâtre d’Oz et au Théâtre des Martyrs

Représentations aux Martyrs : 3 semaines entre le 10 novembre et le 28 novembre 2020 (16 représentations) + Tournée en construction avec dates à définir.

Les porteuses de projet demandent à ce que vous ne présentiez l’audition QUE si vous êtes disponible aux dates de répétitions et représentations.

A propos de Pauline d’Ollone et Karine Ponties

PAULINE D’OLLONE

Pauline d’Ollone est issue du Théâtre (metteuse en scène et comédienne formée à l’INSAS).
Elle a écrit et mis en scène Reflets d’un banquet et Où suis-je ? Qu’ai-je fait? Son théâtre
fait appel à une grande physicalité, un sens aigu du rythme et de la musique.
Elle est soucieuse de travailler des textes exigeants dans le but de les rendre accessibles
au plus grand nombre, que ce soit par des ateliers ou par une mise en scène faisant sans
cesse des ponts et des liens avec le spectateur.

Où suis-je? Qu’ai-je fait? se joue du 8 au 19 octobre à l’Atelier 210

KARINE PONTIES

Chorégraphe et interprète, Karine Ponties est l’autrice de quarante pièces dont Every
Direction Is North, Holeulone et Brutalis. L’univers de ses créations se caractérise par son
sens de l’absurde, son exploration de l’intimité, de l’organique et des relations humaines.

Pauline d'Ollone

Distribution

Quatre rôles féminins (Phèdre, Panope, Aricie, Ismène) et deux rôles masculins  (Hippolyte et Théramène) sont à pourvoir pour les membres du Centre des Arts scéniques.

  • Capacité d’écoute et de proposition vis-à-vis des partenaires de plateau / de création.
  • Capable d’une grande précision dans le travail de la langue. Avoir le sens du rythme.
  • Capacité d’une grande physicalité et d’un grand engagement physique dans le rapport au
    plateau.

Distribution en cours.

Une production du Théâtre des Martyrs et de la Compagnie Les étrangers.

Note d'intention

Le travail se porte sur Phèdre de Racine (et va s’inspirer de celui de Sénèque et d’Euripide) Phèdre est une jeune femme qui veut vivre ses désirs et sa sensualité dans une société patriarcale et machiste. La pièce est une suite de tentatives de libération, où coexistent des contraires. Des individu·es pris en tenaille au sein d’un pouvoir autoritaire essaient de briser leurs chaînes à coup d’alexandrins. Transgression et rappel à l’ordre constant. Pulsion de vie, révolte, brutalité contre ordre établi. Émancipation d’une femme contre une société patriarcale, autoritaire. Jugement arbitraire qui vient poser le sceau de la honte sur le désir d’une femme, qui vient étouffer la joie d’un désordre amoureux anarchique. Instincts furieux contenus dans une langue alexandrine sertie des pierres les plus précieuses. Je veux retrouver les racines méditerranéennes et sanguines de Phèdre, qu’on pourrait oublier derrière le vernis janséniste de l’époque de Racine. C’est pourquoi je veux faire se rencontrer des mondes qui ne sont d’ordinaire pas appelés à se rencontrer, et faire ainsi coexister sur scène les alexandrins et les arts urbains. J’aimerais que différentes cultures et différentes époques entrent en dialogue, en collision. C’est dans cette collision que je cherche l’émotion. Phèdre, c’est l’histoire de jeunes gens furieux·es qui dansent au-dessus d’un volcan. Les personnages de la pièce ont furieusement du mal à réprimer une fureur qui n’est pas en phase avec les normes sociales. Il y a une énergie puissante contenue et qui cherche des moyens de se libérer dans ce texte de Racine. Le volcan est au bord de l’explosion. Il faut retenir l’irruption mais il va bien falloir trouver des endroits pour que cela jaillisse.

Karine Ponties

Préparation de la rencontre

-1- Lire la pièce : être capable de la raconter et de poser des questions sur ce que vous n’auriez pas compris.
-2- Choisir minimum une scène, 2 si motivé·es. (Ne pas hésiter à apprendre deux personnages différents). Apprendre en tout cas une tirade, c’est à dire un passage où il y a minimum 10 vers qui se suivent sans être interrompus. Considérez ce moment comme un espace de liberté, une carte blanche qui me permettrait de vous découvrir dans ce que vous êtes.

  • Acte II Scène 1 : Toute la scène entre Aricie et Ismène
  • ACTE II scène 2 : Toute la scène entre Aricie et Hippolyte
  • ACTE II scène 5 : La scène entre Phèdre et Hippolyte à partir du vers 584 de la réplique de Phèdre :« On dit qu’un prompt départ vous éloigne de nous »
    Jusqu’au vers 662 « Et Phèdre au Labyrinthe avec vous descendue, Se serait avec vous retrouvée, ou perdue. »
  • ACTE IV scène 2 : La scène entre Hippolyte et Thésée
  • ACTE V scène 6 : La scène entre Thésée et Théramène
  • BONUS : Acte V scène 3 : La scène entre Aricie et Thésée (ne pas apprendre Thésée)

Inspiration sur ce lien : comment travailler de façon neutre, sans intentions préétablies.

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions ’16, ’17, ’18

2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)

3. Être libre toute la durée de l’audition et arriver à l’heure

4. Nous avoir transmis votre CV (format pdf) et une photo actualisé·es (format jpg)

5. Avoir publié votre profil sur le site du Centre des Arts scéniques

6. Respecter la date de clôture des inscriptions

A propos de l'auteur

Racine : écrivain du 17e siècle. Il écrit en alexandrin et s’inspire des Tragédies grecques (Sophocle, Euripide, Sénèque)