Logo

Qui c’est lui ?

Luc Dumont

En bref

°°°Jusqu’où doit-on obéir, se conformer ?°°°

C'est qui lui ?

Avant tout, une histoire…

Parce que je crois à la force des histoires. Elles n’ont plus trop la cote dans le milieu théâtral contemporain, peut-être. Mais il reste que les enfants (et moi) entretenons avec elles une relation magique – pardon pour le mot un peu facile – une relation importante, fondatrice. J’ai pu le constater tout au long de mon travail, mais aussi dans ma vie privée.

Parce que je suis un auteur qui aime construire des histoires, des personnages, des relations humaines. Théâtraliser un moment de vie d’où les protagonistes sortent bousculés.

…Ou plutôt les histoires…

« Qui c’est lui ? » verra trois histoires se croiser et s’alimenter l’une l’autre :
– Celle qui donnera à découvrir le « combat » de Cindy pour gagner l’amitié de Nelle.
– Celle qui racontera la rupture d’un tabou avec la rencontre des deux filles et de Monsieur : un long silence brisé.
– Celle qui verra se confronter enfants et adultes à propos de Béchir, un gamin MENA qui débarquera dans ce petit monde. Les enjeux divers et individuels se croiseront pour former un enjeu social : jusqu’où doit-on obéir, se conformer ?

Dans un espace:

L’histoire se situe dans un quartier en banlieue d’une ville. Un quartier investi depuis sa création par une « classe moyenne », des petits propriétaires. Un quartier où tous les habitants se connaissent, s’observent, se contiennent dans de mêmes habitudes à quelques exceptions près. Là où la venue d’un nouvel arrivant ou le comportement hors norme font tache, suscitent la méfiance avant même les premiers contacts. Là où les clichés, réels ou inventés, ont la vie dure. Là où les nouvelles mixités sociales ont du mal à s’installer.

Quatre personnages :

Cindy : Au moment des faits, elle a 12 ans. Elle vit dans le quartier depuis sa naissance. Elle a adopté ses habitudes et semble s’en accommoder.
Nelle : 12 ans, elle aussi. Nelle a grandi en ville. Elle est nouvelle dans le quartier. Depuis la séparation de ses parents, sa mère est revenue avec elle vivre chez Malou, la grand-mère. Le changement d’habitude est brutal. Nelle se sent à l’étroit et s’ennuie de la monotonie du quotidien.
Monsieur : Il a 60 ans. Il habite le quartier depuis une vingtaine d’années mais il reste aux yeux des autochtones l’étranger. Il a dû fuir la Russie après avoir réalisé des films considérés
comme outils d’agitation anti-gouvernementaux (au sujet de Tchernobyl et de ses conséquences).
Gamin (Béchir) : Il paraît 14 ou 15 ans. Il est MENA récemment arrivé en Belgique. Il a été enrôlé dans un atelier clandestin d’où il a réussi à s’évader. D’abord repéré par Nelle, il a trouvé refuge chez Monsieur. On peut dire qu’il s’y est « retrouvé » et que Monsieur l’a hébergé, poussé par les circonstances.

Deux temps : Le moment des faits/ le moment de la narration

Depuis sa rencontre avec Gamin, Nelle, rejointe par Cindy, brûle de raconter cette histoire. Mais elles ont dû la tenir secrète trop longtemps à leur goût. Aujourd’hui, c’est permis, elles ne laisseront ce plaisir à personne d’autre. D’autant que leur point de vue s’est largement modifié : hier, elles l’envisageaient comme l’exploit qui ferait d’elles des héroïnes aux yeux des copains, aujourd’hui elles veulent donner à voir la mesure inacceptable de cette aventure. Pourtant, cela reste un jeu et elles s’en réjouissent. Dans la foulée, emportées peut-être, elles abandonnent la narration et leurs commentaires pour rejouer les faits.

En pratique

ATTENTION : la rencontre professionnelle se déroulera au centre culturel Les Chiroux, à Liège.

Premier tour : le lundi 4 et mardi 5 mars au Chiroux à Liège
Second tour : le jeudi 7 et vendredi 8 mars au Chiroux à Liège
Clôture des inscriptions: 21 février 2019 à minuit.

Répétitions & représentations :

Première période de travail sur le plateau : du 5 au 17 Août 2019 – du 2 au 13 septembre 2019.
Deuxième période de travail sur le plateau : 4 à 5 semaines en Janvier-février 2020.
Représentations bancs d’essai, rodage : entre février et mai 2020. Nombre à définir.
Présentation publique officielle : Rencontre de Théâtre pour Jeunes Publics août 2020.
Tournée prévue : saisons 2020-2021 / 2021-2022 / 2022 – 2023. (Périodes à définir.)

Les spectacles du Zététique Théâtre se jouent en décentralisation en Fédération Wallonie-Bruxelles principalement, elle est possible dans d’autres pays francophones.

Conditions de décentralisation du spectacle :

Dès sa présentation aux Rencontres de Théâtre Jeunes Publics de Huy 2020, le spectacle bénéficiera des subventions « Théâtre à l’école » durant trois saisons. Ce qui implique que le spectacle soit disponible durant cette période.

Notez que, généralement, c’est durant la deuxième saison que la demande est la plus forte.

Conscients des implications des comédiens et comédiennes dans plusieurs spectacles, nous organisons la tournée en concertation avec les personnes engagées. Mais une fois les périodes déterminées, elles seront considérées comme prioritaires pour notre spectacle.

La décentralisation des spectacles en tournée scolaire implique des représentations en journée, y compris le matin. Maximum deux représentations par jour.

La décentralisation s’organise partout en Fédération Wallonie- Bruxelles et dans les pays francophones demandeurs.

Il est demandé aux comédiens et comédiennes de participer aux chargements et déchargements ainsi qu’aux montages et démontages des décors et accessoires. (Sauf si ces derniers se déroulent lors de journées sans représentation – (veille ou lendemain, pour des nécessités techniques.)

A propos de Luc Dumont

Après une première expérience de huit ans dans le réseau du théâtre action, j’ai vécu la formation de comédien au Conservatoire de Liège où j’ai eu l’occasion de travailler avec, entre autres pédagogues, René Hainaut, Isabelle Pousseur, Anne-Marie Loop, Jacques Delcuvellerie, etc. J’ai prolongé cette formation par des participations à divers séminaires sous la direction du Groupov.

En 1986, j’ai fondé le Zététique, compagnie théâtrale qui a depuis orienté ses projets vers le jeune public : vers les adolescents essentiellement durant les vingt premières années avant de rencontrer les plus jeunes puis les tout petits.

J’y fus d’abord comédien et auteur retrouvant à la mise en scène Anne-Marie Loop notamment mais aussi Isabelle Gyselinx, Didier De Neck entre autres. Toujours auteur, j’ai ensuite goûté à la mise en scène dans les années nonante et ne l’ai plus quittée depuis.

Je suis aussi professeur pour Arts2 Mons depuis une douzaine d’années ; j’y conduis un projet qui confronte les futurs comédiens et futures comédiennes à l’écriture dramatique.

Luc Dumont

Distribution

Auteur et Metteur en scène : Luc Dumont
Distribution : (à confirmer) Didier De Neck, Marie Phan

Les rôles à pourvoir pour les membres du Centre des Arts scéniques sont ceux de Béchir (Gamin) et de Cindy.

 

Note d'intention

Avec la pièce Qui c’est lui ? je voudrais évoquer notre résistance à la différence et à l’inconnu. Cette résistance qui peut se muer en peur, refus, rejet, condamnation, etc.

Il y a des combats que j’aurais voulu savoir dépassés de mon vivant. Je crains que ce ne soit pas le cas. Nous sommes en 2018, au XXIème siècle et nous devons encore lutter pour faire entendre et surtout ressentir que les Humains où qu’ils vivent, quel que soit leur sexe, leurs choix amoureux sont des êtres de même valeur, dignes du même respect et d’une égale considération. Effarant, non ? Plus pessimiste encore : il semble que l’on régresse ! A voir par exemple la résurgence des croyances en une supposée suprématie raciale, etc.

Je cite ici l’immigration ou l’homosexualité comme j’aurais pu citer d’autres « différences » moins fondamentales, parfois dérisoires, mais qui peuvent susciter des mêmes réactions de rejet parfois violentes: des choix de vie hors des standards (le célibat, l’absence d’enfants), des habitudes comportementales (vie nocturne, par exemple), des modèles éducatifs alternatifs, des modes musicales, vestimentaires, etc.

Bon nombre d’analyses prétendent que « ces refus de la différence » trouveraient une cause dans un manque d’éducation, de sensibilisation. Bref qu’elles seraient surtout le fait de personnes moins cultivées et qu’une meilleure information résoudrait pas mal de problèmes. Je ne pense pas que ce soit exact. Je suis de ceux qui croient que l’organisation économique qui régit nos vies contribue fortement à entretenir ces discriminations, qu’elle a intérêt à ce qu’elles survivent encore longtemps puisqu’elle en profite. (Lire Le Capitalisme raconté à ma petite fille de Jean Ziegler, Ed. Du Seuil)

Je crois aussi que cet état de fait, avec ses exceptions, est essentiellement porté par les adultes. C’est à dire par ceux qui régissent et qui pensent ainsi défendre leurs acquis. Je ne pense pas les enfants innocents et/ou purement humanistes, égalitaires, loin s’en faut. Mais je crois que la transmission des discriminations évoquées est un cadeau parental avant tout, quel que soit le milieu socio-économique de l’enfant.

C’est pourquoi je veux évoquer ce contexte dans l’histoire que j’adresserai aux enfants.
Je suis aussi intrigué par ce paradoxe moins anecdotique qu’il n’y paraît : C’est là où les différences sont les moins présentes que les clichés les plus tenaces circulent, que les forces conservatrices sont les plus fortes. On peut y voir une logique dans la mesure où, dans ces coins – pas toujours si reculés que cela – les discours ont une influence d’autant plus grande que les personnes ne sont pas confrontés à de réelles rencontres. Sans contradictions, les discours ouvrent la porte aux fantasmes les plus échevelés qui peuvent devenir de réelles angoisses.

On a assisté à des levées de boucliers collectives lors de l’annonce de l’implantation d’hébergement pour réfugiés avant de voir fondre les a priori face à la réalité comme neige au soleil.

Préparation de la rencontre

Il vous est demandé de :

1.Préparer deux improvisations (durée de 3 minutes) (mise en situation) qui vous permettront de présenter l’un des personnages. La première se conçoit à la première personne (point de vue du personnage), la seconde à la troisième personne (point de vue de l’acteur/actrice).
2.Proposer un extrait du texte (1 à 2 minutes), porté par le personnage choisi.
3.Présenter en 2 ou 3 minutes ce qui vous motive à participer à ce projet.

*Il sera demandé au comédien qui interprétera Béchir, de prononcer certaines répliques en Turc et d’apprendre à jouer deux mélodies à l’ocarina.

 

Une des particularités du théâtre jeune public est de proposer l’interprétation de rôles d’enfants à des adultes. Dans ce cas-ci, il s’agit de jeunes adolescents qui rejouent des moments de leur enfance (11 ans). Notre choix au Zet, pour aborder cette particularité/spécificité ne s’oriente moins vers la composition- la construction d’une forme d’enfant que vers une déconstruction de nos « armures », nos protections, nos défenses d’adultes pour retrouver une forme du « jouer à », du « Ludique » formateur, une virtuosité pour passer du fictif au réel. Déconstruire plus que construire donc.

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions ’16, ’17, ’18

2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)

3. Être libre toute la durée de l’audition et arriver à l’heure

4. Nous avoir transmis votre CV (format pdf) et une photo actualisés (format jpg) au plus tard lors de votre inscription, si cela n’a pas déjà été fait

5. Respecter la date de clôture des inscriptions

A propos de l'auteur

La compagnie :

Le Zététique Théâtre – plus communément appelé Le Zet – est aujourd’hui une compagnie composée de huit personnes permanentes. Le concept de compagnie nous est cher parce qu’il répond à la fois à nos objectifs artistiques et à notre volonté plus socio-politique de créer des emplois durables dans le domaine. Dans le même esprit, des fidélités se sont créées avec des comédiens et comédiennes qui ne désiraient toutefois pas se consacrer exclusivement à notre compagnie.

La complicité qui émane de ces fidélités est un atout important dans notre approche de la création.

Les spectacles que nous proposons sont tous des créations à une exception près. (Nous avons travaillé le texte « Les Vilains Petits » de Catherine Verlaguet.)

L’orientation originelle de la compagnie demeure : on peut parler de tout aux enfants à condition d’inventer une théâtralité adaptée. Nous proposons des créations – texte d’auteur « maison » ou écriture de plateau – qui inscrivent leur propos dans un questionnement, une approche critique de notre contexte et situations de vie contemporaines comme nous le pratiquerions pour un public adulte d’ailleurs.

Nous avons aussi occasionnellement co-produit des projets réalisés par des jeunes compagnies ou des collectifs non encore institutionnalisés. (La Compagnie de la Bête Noire avec Le Hibou de Céline Delbecq, Les portes de Cogitanie, mise en scène de Baptiste Isaïa, La Petite en Fille de L’Arc-en-ciel de Sabrina Ben Arfa…)

Pour en savoir plus à propos du Zet, je vous invite à découvrir le site www.zetetiquetheatre.be