Logo

Travailler dans l’incertain

L'Atelier des droits sociaux

En bref

Nous vous invitons à participer à une journée consacrée au travail artistique et à la sécurité social des artistes dans... Lire l'article

Clôture le 07/02/2022
Je m'inscris

 

En pratique

Le Centre des Arts scéniques vous propose cette journée formation en vue de vous donner des outils et informations nécessaires à votre vie professionnelle.

Le titre « Travailler dans l’incertain » est emprunté à Pierre-Michel Menger, sociologue dont les recherches portent sur le travail créatif

A propos de L'Atelier des droits sociaux

L’Atelier des droits sociaux est une association qui est reconnue comme organisme d’éducation permanente et agréée comme service juridique de première ligne. Au quotidien, elle entend défendre et promouvoir les droits sociaux dans un but de progrès social et de lutte contre les mécanismes d’exclusion. Dans ce sens, elle se place également comme un acteur de lutte, notamment pour des droits sociaux dignes pour tout le monde. Au quotidien, elle renseigne toute personne confrontée à un problème au niveau de ses droits sociaux au sens large (aide sociale, emploi, sécurité sociale, droit du bail) et elle vulgarise le droit dans des outils d’éducation permanente afin qu’il soit compréhensible par tout le monde, un moyen de lutter contre le non recours, d’éveiller l’esprit critique et d’aider à ce que chacun.e puisse défendre au mieux ses droits.

Anne-Catherine Lacroix

Distribution

°°°

Note d'intention

Comment suis-je arrivée à traiter de cette matière ?

L’atelier des droits sociaux a toujours donné à ses des travailleurs et travailleuses la liberté d’approfondir les matières qui leur tiennent à cœur. De mon côté, étant moi-même entourée dans ma vie privée de personnes qui travaillent notamment dans le secteur de la musique, des arts vivants et des arts plastiques, cela m’a semblé plus que naturel de me diriger vers cette thématique.

Préparation de la rencontre

Déroulé de la journée

La journée s’articulera en deux temps.

Un moment en matinée pour informer sur les points d’attention à avoir quand on sort de ses études ou d’une formation et qu’on entre dans ce qu’on appelle le « marché de l’emploi ». L’occasion d’informer et répondre aux multiples questions autour de l’inscription comme demandeur.euse d’emploi, le droit éventuel aux allocations d’insertion, la signature de son premier contrat de travail, les composantes du salaire, notamment.

Un moment l’après-midi pour renseigner sur notre bien mal nommé « statut de l’artiste » qui n’est actuellement rien d’autre qu’un ensemble de règles dérogatoires dans la réglementation du chômage et qui fait donc que l’on reste  néanmoins toujours considéré comme travailleur ou travailleuse sans emploi malgré son activité professionnelle. L’occasion ici notamment de présenter de manière plus approfondie toutes les règles qui sous-tendent ce « statut » qui concerne actuellement les personnes ayant, aux yeux de l’ONEm, une activité considérée comme artistique ou technique dans le secteur artistique. L’occasion aussi d’aborder l’articulation délicate du cumul possible entre l’allocation de chômage et aussi bien certaines activités artistiques ou techniques que les revenus qui en découlent.

Tout au long de la journée, une place plus qu’importante sera donnée aux échanges et aux questions.

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions ’18, ’19, ’20, 21′ et avoir publié votre profil

2. Être libre le jour de la rencontre et arriver à l’heure

3. Respecter la date de clôture des inscriptions au 06 février à minuit (07/02 heure 0)

A propos de l'auteur·ice

Assistante sociale de formation et diplômée en sociologie et anthropologie, je suis arrivée à l’Atelier des Droits Sociaux après un court passage dans la recherche en sciences sociales. Depuis un peu plus de 15 ans maintenant, j’y suis conseillère juridique, spécialisée dans la matière de l’assurance chômage. Dans cette matière, je m’occupe principalement des travailleurs et travailleuses que la réglementation nomme comme exerçant une « activité artistique » ou « technique dans le secteur artistique ». A ce titre, je suis chaque jour sollicitée pour le bien connu et très mal nommé « statut de l’artiste ». A côté des consultations juridiques hebdomadaires, je travaille aussi à vulgariser la réglementation du chômage dans divers outils d’éducation permanente et anime des séances d’informations pour divers publics ou des formations à destination des professionnels du secteur non marchand.

Lieu de la rencontre

KJbi : Rue Kessels, 18 à 1030 Schaerbeek
Localiser sur Google Map