Logo

Mouton Noir

Clément Thirion

En bref

Clément Thirion vous invite à interroger le groupe humain, et la relation que l’individu entretient avec celui-ci

"Mouton Noir"

Pendant que sa mère fait de l’aérobic, des courses et des petits plats, Camille, 17 ans, s’enfonce chaque jour un peu plus dans un quotidien rempli d’humiliations, de pièges et de menaces. Autant de jeux que la bande aime réinventer et amplifier. Camille est-elle une jeune fille un peu spéciale et trop renfermée comme la présentent les adultes qui l’entourent ?
En parallèle, un autre destin s’écrit. Celui d’Albi, une jeune truie albinos qui, dans l’univers aseptisé d’un élevage industriel, doit lutter pour survivre parmi ses congénères et atteindre sa ligne d’arrivée.

En pratique

Quatre rôles féminins ouverts aux membres du Centre des Arts scéniques

Rencontre professionnelle: du lundi 27 février au vendredi 03 mars 2017 à Bruxelles. Date limite d’inscription: le jeudi 09 février 2017

Répétitions: le travail commencera par un labo préparatoire du 29 mai au 10 juin 2017. Les répétitions proprement dites commenceront le 22 janvier 2018 à Liège jusqu’à la première le 04 mars.

Représentations: du 04 au 10 mars 2018 au Théâtre de Liège, du 12 au 17 mars à l’Atelier Théâtre Jean Vilar, et reprise en janvier 2019 au Théâtre Le Public

A propos de Clément Thirion

Clément Thirion a beaucoup hésité entre orienter sa vie vers les sciences ou vers le théâtre. Diplômé en 2006 du Conservatoire de Mons, il poursuit sa formation en participant, entre autres, à la Nouvelle Ecole des Maîtres, en 2008, avec le metteur en scène brésilien Enrique Diaz.
Lauréat du Prix de la Critique en 2008 (Meilleur espoir masculin), son parcours d’interprète l’a amené à travailler avec des metteurs en scène aux esthétiques contrastées dont, pour les plus récents, Galin Stoev («La Vie est un Rêve») ou Jean-Michel d’Hoop («L’Histoire du Soldat»).
Clément Thirion crée [weltanschauung], son premier spectacle de danse, en 2013. Depuis, on a pu le voir dans «Mas-Sacre», une chorégraphie de Maria Clara Villa Lobos. Il est également actif en tant que chorégraphe pour des metteurs en scène : Jasmina Douieb («Alice au Pays des Merveilles») et Armel Roussel («Ondine démontée»).
Devenu pédagogue, il enseigne le mouvement au travers des techniques Suzuki et Viewpoints, pour lesquelles il continue à se former auprès de la SITI Company (USA).

Distribution

Dans le cadre de la rencontre professionnelle, quatre rôles seront ouverts aux membres du Centre des Arts scéniques dont:

  • Les trois rôles féminins pour interpréter ‘La Bande’ ainsi que quelques personnages secondaires
  • Mila
  • Camille

Note d'intention

La relation de l’individu à son environnement est un sujet qui a, jusqu’à présent, guidé tous mes travaux. C’est tout d’abord la relation métaphysique de l’individu face à sa propre condition qui m’a inspiré. Que ce soit l’effroi par rapport à la mort et à la vacuité de l’existence dans « [weltanschauung] » ; ou l’inexorable solitude de l’humain face à l’immensité de l’univers dans « Fractal ». Ces deux projets, malgré leur évidente théâtralité, sont devenus des spectacles de danse. Un accident non dénué de sens : confronté à des questions et des espaces (trop) vastes et chaotiques, les mots manquent, et le mouvement apparaît.
Mes préoccupations se dirigent maintenant vers un espace plus restreint : le groupe humain, et la relation que l’individu entretient avec celui-ci, tant au niveau familial que sociétal. L’importance des mots et de la prise de parole est alors devenue évidente. J’ai donc demandé à Marie Henry d’écrire le texte de « Pink Boys and Old Ladies », un futur projet dans lequel j’explorerai la thématique des enfants transgenres pour questionner le rapport d’un groupe à la différence d’un individu. Et entretemps, j’ai eu la chance de découvrir « Mouton Noir » de Alex Lorette. Où je vois s’exprimer toute la violence et la cruauté de l’adolescence, tout en abordant des sujets brûlants d’actualité : le harcèlement scolaire et le suicide.
« Mouton Noir » et « Pink Boys and Old Ladies » forment pour moi un diptyque (détail amusant: les deux titres contiennent chacun une couleur). Dans les deux cas, je cherche à questionner les mécanismes à l’œuvre dans des ensembles humains confrontés à la différence d’un seul. Et dans « Mouton Noir » se pose la question de savoir quel rôle joue cette différence dans l’exclusion d’un individu. Qu’est-ce qui est à l’origine du phénomène de la « tête à claque », de la « tête de Turc » ou du « bouc émissaire » : le groupe ? Ou l’élément exclu de ce groupe ? Y aurait-il des êtres plus propices que d’autres à se faire rejeter ?
Les relations humaines sont complexes, tout comme l’est le fonctionnement d’un ensemble humain. J’aimerais pour « Mouton Noir » décortiquer sur scène, et en temps réel, le fait divers tragique qu’est le suicide d’une jeune adolescente. Mettre à nu la complexité des rapports humains qui ont mené à un tel drame. Eviter absolument la dualité bourreau/victime. En ce sens, le texte me semble formidablement bien écrit. Mon travail sera d’en révéler toute la subtilité et parfois toute l’ambiguïté. Car est-il possible de désigner un coupable lorsqu’un drame se noue au sein d’un groupe ? Comment réagir lorsque nous faisons face à de la méchanceté gratuite mais d’apparence anodine ? Quelle est la part de responsabilité d’un individu face au mouvement d’ensemble ?

°°° je cherche à questionner les mécanismes à l’œuvre dans des ensembles humains confrontés à la différence d’un seul. Et dans Mouton Noir se pose la question de savoir quel rôle joue cette différence dans l’exclusion d’un individu. Clément Thirion °°°

Préparation de la rencontre

Nous mettons à votre disposition le texte d’Alex Lorette, « Mouton Noir » que nous vous invitons déjà à lire en préparation de la rencontre. Il est protégé par un mot de passe qui vous a été communiqué dans le mail introductif.

Au premier tour il vous est demandé:

– de préparer les deux rôles des scènes suivantes:

– La scène 6 « Loïc » avec Camille et Mila
– La scène 19 « J’ai grossi » avec deux harceleuses
– de faire une courte proposition sur la GR (gymnastique rythmique). Un ampli avec câble mini jack est mis à votre disposition sur place. Deux références pour inspirer votre travail:

-Sur Youtube vous pouvez rechercher la vidéo « Reportage sur l’équipe de france de GR »
-Sur Wikipedia vous trouverez également quelques informations utiles sous l’entrée « Gymnastique rythmique »

Pour le second tour, connaître parfaitement la réplique de « la bande » dans la scène 10 « Journal intime I », page 31, depuis « Ben alors quoi, tu t’habilles pas, la cochonne ? » jusque « salut la grosse ».

Venez avec une tenue de travail souple

°°° La bande : Viens là toi. Oui toi. C'est à toi qu'on cause. _ Ça te fait pas plaisir, qu'on te cause ? _ Mila (à Camille) : Stop ! _ Camille : Quoi stop ? _ Mila : Il se passe quoi là ? _ Camille : Je sais pas °°°

Conditions de participation

1. Être inscrit(e) au Centre des Arts scéniques, promotions  ’14, ’15, ’16
2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)
3. Être libre toute la durée du stage et arriver à l’heure
4. Nous avoir transmis votre CV (format pdf) et une photo actualisés (format jpg) au plus tard lors de votre inscription, si cela n’a pas déjà été fait
5. Respecter la date de clôture des inscriptions

A propos de l'auteur

Alex Lorette est de nationalité belge et vit à Bruxelles. Ses formations sont multiples, mais plusieurs d’entre elles nourrissent son champ d’écriture théâtrale.
Diplômé en économie et en sociologie, Alex est également détenteur d’une licence en sciences théâtrales et d’un diplôme de comédien.
Dans son écriture théâtrale, Alex Lorette se plaît à interroger le rapport au territoire et à la mémoire, et à traiter de questions relatives à l’identité sociale ou historique. Parmi ses obsessions d’écriture, on trouve la question de l’errance et la difficulté de « trouver son champ ».

°°° La mère : On ne dit pas cochon, on dit porc... _ Si c'est mon plaisir d'aller au marché ? Et d'acheter quelque chose de bon. Pour toi. _ Je l'ai cuit au four, je t'ai fait des pommes grenailles comme tu aimes. _ Je t'en mets un peu °°°