Logo

No One

Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola

En bref

Quelqu’un va devoir payer pour les autres…. Le groupe va désigner son coupable ! Mais qui ?

Poursuivant leur volonté de mettre en scène, en images et sans paroles, la fragilité de l’humanité, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola s’intéressent cette fois à la figure du bouc émissaire – cette victime expiatoire -, ainsi qu’au phénomène de foule et aux comportements irraisonnés qui en découlent. Avec beaucoup d’humour, d’étrangeté et une pointe de magie, No One – partition pour 5 acteurs et une dizaine de figurants – questionne la dilution de la responsabilité, la désignation d’un bouc émissaire au sein de la foule et la puissance du groupe.

Résumé

Une nuit d’été caniculaire. L’air est moite, presque irrespirable. Une pompe à essence isolée, au milieu de nulle part, totalement décrépie.
Derrière son comptoir, Roland, seul, regarde la TV.
Soudain un groupe de touristes et son tour manager, Rosa débarquent. Tombés en panne quelques kilomètres plus loin, harassés par la chaleur, épuisés par leur voyage et tendus par un début de vacances ratés, ils sont à fleur de peau.
Coupée du monde, sans réseau, Rosa tente de joindre l’assistance dépannage. Tout cela pourrait très bien se terminer… sauf que, l’unique téléphone, leur seul moyen de s’en sortir, disparaît sans laisser de traces.
Les hostilités commencent entre un Roland suspicieux, un mystérieux motard casqué, une mère dépassée par son enfant en pleurs, un jeune gars énervé et un groupe de touristes en colère.
Quelqu’un va devoir payer pour les autres….
Le groupe va désigner son coupable !
Mais qui ?

En pratique

L’audition se déroulera au KJbi, rue Kessels 18, à 1030 Schaerbeek.

Du 1er avril au 5 avril 2019.

PREMIER TOUR : Lundi 1 , mardi 2 et mercredi 3 avril 2019 de 10h à 18h

DEUXIÈME TOUR : Jeudi 4 avril et Vendredi 5 avril 2019 de 10h à 18h. Une sélection s’opérera peut être le jeudi en fin de journée. Il vous est néanmoins demandé d’être disponible ces deux jours.

RÉPÉTITIONS

– Du 3 au 28 juin 2019

Avec résidence à Tournai donc logement sur place du 17 au 21 juin et du 24 au 28 juin

– Du 5 aout au 23 septembre 2019

Majoritairement répétitions du lundi au vendredi sauf en septembre + week-end
Répétitions à BXL sauf les 2 semaines à Tournai

REPRÉSENTATIONS

– Du 24 septembre au 5 octobre 2019 au Tanneurs

– 2 représentations au centre culturel de Huy en octobre 2019

– 2 représentations à la maison de la création de Tournai en novembre 2019

– Être disponible tout le mois de juillet 2020 avec répétition en amont en juin 2020

A propos de Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola

La compagnie Still Life est le terrain de jeu privilégié de Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola. Les deux créateurs y conçoivent un théâtre sans paroles et fait de chair.
Depuis 2011, Aurelio Mergola et Sophie Linsmaux travaillent à définir un langage scénique singulier. Cette approche bicéphale tend vers une réelle complémentarité, leur donne une force créatrice très riche et s’inscrit dans une démarche à long terme.
Au fil de leurs projets, ils affinent leur forme vers un théâtre visuel très écrit. Sans mots, ils dépeignent un monde où tout va formidablement mal. Ils s’emploient à distordre le temps, à mettre corps et nerfs à vif. Enfin, leur théâtre, amputé de toutes paroles, dépeint et questionne un monde où l’humanité mise en péril tente à tout prix de retrouver un sens et une nécessité.
Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola seront artistes associés au théâtre Les Tanneurs à partir de juin 2019.

www.still-life.be

Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola

Distribution

Conception et mise en scène Sophie Linsmaux, Aurelio Mergola
Interprétation Colin Jolet, Muriel Legrand, Sophie Leso, François Regout + 1 comédienne (rôle ouvert) + 10 figurants
Scénario Sophie Linsmaux, Aurelio Mergola, Thomas van Zuylen
Scénographie Aurélie Deloche
Création lumières et régie générale Hugues Girard
Création sonore Guillaume Istace
Mise en espace et en mouvement Sophie Leso
Assistante scénographie et accessoires : Chloé Jacqmotte
Création costumes Camille Collin
Assistanat général Sophie Jallet
Construction et effets spéciaux Didier Rodot
Illusion Tim Oelbrandt

Un spectacle de la compagnie Still Life en coproduction avec le Théâtre Les Tanneurs, la maison de la culture de Tournai/maison de création et La Coop asbl.
Une production déléguée du Théâtre Les Tanneurs
Avec le soutien du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – service du théâtre, de Shelterprod, du Taxshelter.be, ING, du Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge.
Avec l’aide du Centre des Arts scéniques, du Centre Culturel de Huy, de la SACD, de la résidence Ad Libitum, du Théâtre de l’Ancre – résidence Coup de Pouce, du Théâtre 140 et de l’Infini Théâtre.
La compagnie Still Life est artiste associé au Théâtre Les Tanneurs.
BLOOM Project – Claire Alex accompagne à la production et à la diffusion la compagnie Still Life.

Note d'intention

Un théâtre sans paroles

« Le choix d’un théâtre sans paroles a éclos et pris sens au fur et à mesure de nos projets. Nous est alors apparu la richesse d’une écriture reposant davantage sur les signes visuels que sur les mots. Aujourd’hui ce type d’écriture non verbale est un choix nourri, une réelle démarche porteuse de sens. Nous portons ce choix radical pour différentes raisons.
En l’absence de mots, nous avons pu constater le “manque” que cela provoque chez le spectateur, la place qu’elle lui permet de prendre, et par conséquent le regard qu’il est obligé de déployer.
Pour nous, regarder n’est pas un acte innocent. Le spectateur doit entamer une sorte de dissection appropriative de ce qui se joue devant lui. Il est amené à mettre ses sens en éveil, son imaginaire en action. Mais aussi et surtout son esprit critique.
Ensuite, l’amputation du langage, du vocable se veut une provocation pour le spectateur, un traumatisme, une sorte de séisme. Nous ébranlons ses habitudes pour l’emmener en terrain inconnu : celui des pulsions, des non-dits, des sensations, de la chair, des suppositions.
Enfin, et ceci se marque fortement dans le travail d’écriture et concrétisation scénique, l’absence de mot implique une distorsion du réel. Elle nous permet de passer la porte du “réalisme fantastique” teintée d’une poétisation du réel. »

Une écriture à part entière

La partition écrite de leurs spectacles est un long scénario sans dialogues. Le lieu, l’atmosphère, la galerie de personnages, l’intrigue, les actions, les enjeux… sont rigoureusement définis et décrits. Une partition sonore accompagne l’écrit : le bruit des corps, des objets, des événements, mais surtout du silence dont le pouvoir au théâtre – au-delà de la respiration existentielle – permet de placer l’individu dans un temps suspendu. L’élaboration scénographique du projet (décor, costumes, accessoires, effets spéciaux…) se développe en parallèle. Le théâtre sans paroles nécessite un alliage périlleux entre scénario, scénographie et jeu d’acteurs. Le travail sur le plateau prend ensuite le relais : mouvement, corps et pulsions s’épanouissent alors.

°°°De toutes les menaces qui pèsent sur nous, la plus redoutable, nous le savons, la seule réelle, c’est nous-même.°°° René Girard, Celui par qui le scandale arrive

Préparation de la rencontre

Un rôle féminin (Rosa) est à pourvoir pour cette rencontre.

ROSA, 22 ans, vient de décrocher son premier job en tant que tour manager. Elle assure le transit de groupes de touristes entre l’aéroport et leurs hôtels. Rosa travaille avec le cœur, elle a le sens des responsabilités et est soucieuse des autres. Mais, cette fois-ci, le caractère imprévu des événements la dépasse complètement. Peur, panique et angoisse s’emparent d’elle !

Scène à préparer – Durée : environ 5 min

Dans une pompe à essence, au milieu de la nuit, Rosa désespérée, tente de joindre l’assistance dépannage par téléphone. L’attente est longue, très longue. Avant même d’avoir pu parler à quelqu’un, Rosa fait tomber maladroitement le téléphone qui s’écrase au sol. Il est hors d’usage. Elle s’efforce alors par 1001 tentatives de trouver une solution. En vain. Pour elle, c’est la fin du monde !

Remarque : Il vous est demandé de proposer une silhouette de Rosa bien définie : costumes, maquillage, accessoires, objets, etc.

°°° Notre théâtre, amputé de toutes paroles, dépeint et questionne un monde où l’humanité mise en péril tente à tout prix de retrouver un sens et une nécessité°°°

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions ’16, ’17, ’18

2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)

3. Être libre toute la durée de l’audition et arriver à l’heure

4. Nous avoir transmis votre CV (format pdf) et une photo actualisés (format jpg) au plus tard lors de votre inscription, si cela n’a pas déjà été fait

5. Respecter la date de clôture des inscriptions

A propos de l'auteur

Depuis leur première création, Sophie et Aurelio ont la volonté de réunir autour d’eux un noyau de partenaires, de réels complices qui partagent leurs recherches. Ensemble ils travaillent tant à l’élaboration des projets qu’à leur concrétisation sur le plateau. Il s’agit de : Aurélie Deloche, Sophie Leso, Nicola Testa, Florence Thonet et Thomas van Zuylen, Muriel Legrand. C’est grâce à ces relations et à leur durabilité, que la facture de leur identité artistique peut s’affiner.
Avec eux, ils ont créé : en 2011, Où les hommes mourraient encore, abordant la thématique du rapport entre l’individu et la mort. (théâtre Marni), « meilleure découverte » aux prix de la critique. En 2014, Keep Going, questionnant la place de la vieillesse dans notre société (théâtre Marni, et repris en 2016 à l’Eden et au Centre culturel Jacques Franck), nominé « meilleure création artistique et technique » aux prix de la critique. En 2015, Frozen, interrogeant la capacité qu’a l’humain de vivre avec l’humain, courte forme crée au Festival XS15, également jouée au Festival d’Avignon IN dans le cadre des XS/sujets à vif à Avignon. En 2016, Still Life, mettant en scène le délabrement des apparences, courte forme crée au festival XS16. En 2017, la longue forme de Frozen au théâtre national et dernièrement lors du festival XS 18, View, donnant à voir un concentré des faiblesses humaines et un précipité des relations sociales.