Logo

Dream Job(s)

Héloïse Meire

Crédit photo Einur

En bref

Héloïse Meire / Cie What’s Up et Alex Lorette, l’auteur,

Clôture le 04/09/2022
Je m'inscris

A propos du directeur musical, Sam Gerstmans :

 

 

En pratique

Deux rôles féminins (rôles de Chloé et Mélina) sont à pourvoir pour les membres du Centre des Arts scéniques.

Ces personnes doivent également être musiciennes (tous les instruments sont bienvenus pour peu qu’ils puissent intégrer l’univers électro-jazz du spectacle : instruments à vents (flûte, clarinette, saxophone, trompette,…) , guitare, basse, violon, violoncelle, contrebasse, percussions, clavier, boites à rythme, électro,…). Le chant (à orientation jazz) est également accepté.

Dates de la rencontre : du 12 au 16 septembre 2022 au KJbi, Rue Kessels 18 – 1030 Schaerbeek.

Premier tour lundi 12 et mardi 13 septembre.

Dates et lieux de répétitions:

« Laboratoire 1 » du 19 au 23 décembre 2022 à Bruxelles
« Laboratoire 2 » du 1 au 5 mai 2023 (et du 8 au 12 mai en option)  à Bruxelles
« Laboratoire 3 », une semaine à définir entre le 21 aout et le 1er septembre 2023
Répétitions à Bruxelles puis Louvain-la-Neuve du 11 septembre au 6 novembre 2023

Représentations:

10 représentations au Vilar du 7 au 18 novembre 2023
10 représentations au Rideau de Bruxelles du 21 novembre au 2 décembre 2023

Diffusion sur 2024-2025

Merci de ne vous présenter à l’audition que si vous êtes entièrement disponible aux dates de laboratoires, de répétitions et de représentations.

A propos de Héloïse Meire

Héloïse Meire est directrice artistique de la compagnie What’s Up, avec laquelle elle a co-porté huit projets théâtraux et pluridisciplinaires :

  • Babel Ere, une farce bilingue (FR/NL) pour comédien.ne.s et marionnettes en 2011 .
  • Amazone, un spectacle avec des marionnettes réalisées par des artistes déficients mentaux de La S Grand Atelier, co-réalisé avec la compagnie Point Zéro en 2014.
  • Dehors devant la porte de Wolfgang Borchert, créé au Théâtre National en 2014.
  • Is there life on Mars?, spectacle conçu à partir d’interviews avec des personnes autistes et leurs familles et créé en 2017 au Théâtre National. Ce spectacle a reçu le prix du meilleur spectacle aux prix de la critique 2016-2017 et a reçu le Label « spectacle d’utilité publique ».
  • Le Musée de l’Autre, réalisé avec l’Atelier Théâtre Mobile, un projet étalé sur 2018-2019, impliquant 18 citoyen.ne.s, avec pour aboutissement des représentations publiques déambulatoires au Théâtre National.
  • L’objet de mon attention I : Tout ce que je possède : une installation performative autour de la notion de possession, créé en 2019 au Festival XS du Théâtre National.
  • L’objet de mon attention II : Êtres et Avoirs, une exposition performative présentée en janvier 2021 au Musée des Beaux-arts de Tournai avec la Maison de la culture de Tournai, résultat d’un an et demi d’ateliers menés avec deux classes d’adolescent.e.s autour de leur rapport aux objets.
  • Ce qui restera, écrit par Cécile Hupin, créé en octobre 2021 à Tournai, Bruxelles et Ottignies.

Comment les liens se tissent entre les êtres, voilà sans doute la matière première des créations de la compagnie What’s Up. Elle cherche à interroger la société d’aujourd’hui, l’être humain dans sa diversité et son rapport au monde en mariant textes et autres outils scéniques avec une attention toute particulière consacrée à la dimension visuelle et sonore de chaque création.

En dehors de la compagnie What’s Up, Héloïse joue, écrit et met en scène pour d’autres compagnies de théâtre jeune public et de théâtre adulte. Elle est par ailleurs pédagogue et a initié plusieurs actions de médiation autour de l’inclusion au théâtre.

Cette saison, vous pourrez la voir comme comédienne dans les spectacles Méduse.s du collectif La Gang (Archipel 19, Soignies, Théâtre de Liège), Le Songe d’une nuit d’été (MARS/Mons, Maison de la culture de Tournai, CC de Marche-en-Famenne) et L’Herbe de l’oubli (en tournée) de la compagnie Point Zéro et comme metteuse en scène du spectacle Is there life on Mars ? (Eden/Charleroi).

Site web de la compagnie : www.compagniewhatsup.com

Héloïse Meire - (c) Valentine Gillard

Distribution

Un spectacle de la compagnie What’s Up
Ecriture : Alex Lorette
Mise en scène : Héloïse Meire

Distribution:
Sonia/ clavier et violon : Bénédicte Chabot
Tony/chef de secteur, guitare : Fabian Finkels
Paul/batterie : Pierre Martin
Fred/ mix musical en direct, électro et basse : Jérémie Zagba
Chloé (et instrument) : un.e comédien.ne issue du Centre des Arts Scéniques
Mélina (et instrument) : un.e comédien.ne issue du Centre des Arts Scéniques

Assistante à la mise en scène : Amandine Vandenheede
Création lumière et direction technique : Jérôme Dejean
Composition et direction musicale : Sam Gerstmans
Composition et direction musique électro : Antoine Maes
Scénographie et accessoires : Sophie Hazebrouck
Costumes
 : Irma Morin
Ingénieur son et régisseur son : Jérémy Vanooste
Régisseur lumière :
 Grégoire Tempels
Administration/production : Valérie Kohl

Un spectacle de la compagnie What’s Up
En coproduction avec Le Vilar, le Rideau, DC&J Création

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service général de la Création artistique / Théâtre Adulte, de Shelterprod, Taxshelter.be, ING et du Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge et du Centre des Arts scéniques.
Production déléguée : Le Vilar.

Note d'intention

Dream Job(s) parle du monde du travail, et au-delà, de la vie à laquelle nous aspirons et du fonctionnement sociétal dans lequel nous acceptons de vivre ou non. Pour aborder cette thématique, le texte part de parcours de jeunes adultes sommé.e.s d’entrer de plain-pied dans le monde du travail et d’assurer leur subsistance en ne pouvant compter que sur eux.elles-mêmes.

Comment naviguer, surnager dans sa vie, dans le monde du travail et dans le monde tout court ? Chaque personnage dans la pièce développe une stratégie qui lui est propre : Mélina, la meilleure amie de Chloé, choisit de consommer et de profiter de ce que ce monde peut lui offrir, sans hésiter à voler ce qu’elle ne peut pas se payer. Fred, le petit ami de Chloé, DJ, veut « y arriver » et suivre un parcours où le succès arrive un peu par chance. Paul et Sonia, gestionnaires en ressource humaine que Chloé va croiser dans son parcours, servent le système et en attendent des gratifications en retour : de l’argent, un statut et la sensation d’être en maîtrise de quelque chose. Tony, le copain de Fred, jette sur le monde un regard critique et désabusé et vit sa vie comme il peut. Enfin, Chloé se tait. Elle fait des efforts pour s’intégrer à ce monde pour lequel elle n’est pas faite. Elle lutte pour obtenir une place et pour la garder. Mais elle n’a pas les armes qu’il faut pour se battre. Dotée d’un diplôme qui n’intéresse personne, elle est reléguée à des emplois subalternes et éreintants. Et cette place qu’elle ne trouve pas dans le monde du travail, elle ne la trouve pas non plus dans le monde en général. Elle, la fille taiseuse, se sent en décalage, étrangère à ce qui se passe autour d’elle. La frustration et la colère de Chloé grandissent jusqu’à exploser dans un geste radical. Car quand l’accès à la parole est empêché, la rébellion peut trouver son chemin en prenant des formes extrêmement violentes. Et c’est de cela que je voudrais rendre compte : la violence d’une rébellion, quelle que soit sa légitimité ou non, ne peut être comprise que si elle est mise en perspective avec la violence de l’oppression qui l’a provoquée. Le travail artistique sera donc orienté pour suivre cette ligne dramaturgique.

Le rythme effréné auquel est soumis Chloé sera soutenu par l’omniprésence de la batterie et son sentiment de décalage permanent avec le monde qui l’entoure par de la musique Jazz-Fusion, style musical où les positions rythmiques ne coïncident souvent pas avec la pulsation de base. Le Jazz Fusion est un style qui marie des harmonies et des instrumentations jazz, funk, rock et classiques, issues de la musique électronique et de l’improvisation libre. Il permet de concilier différents styles musicaux et instruments (batterie, guitare, violon, clavier, basse, cuivres, boite à rythme…). Comme sources d’inspirations pour le spectacle, citons des groupes tels que The Cinematic Orchestra, Aphex Twin, Floating Points, Flying Lotus, Badbadnotgood ou encore les B.O. des films Whiplash et Birdman.

Si le sujet de la pièce est sombre, je veux développer une mise en scène colorée – par la scénographie et la création lumière et extrêmement rythmée – par le jeu et la musique live, qui puisse questionner et déranger les spectat.eur.rice.s sans être plombante.

Je veux privilégier une forme de distanciation dans le jeu, en permettant aux comédien.ne.s de passer sans cesse de la narration à l’incarnation des personnages, avec une alternance de passages du texte « dits » (voir slamés/chantés) et de scènes d’action « jouées ». La plupart des scènes sont écrites comme un agencement de séquences se déroulant dans des espaces-temps différents, faisant échos les uns aux autres avec des dialogues en continu, en mêlant lieux/temps/personnages de manière simultanée.

L’écriture d’Alex Lorette est non-linéaire, et c’est ce qui fait son originalité. Elle procède par touches, à la fois musicales et picturales. Peu avant de participer à une lecture publique du texte, j’ai eu la chance de découvrir une rétrospective de l’artiste Carlos Cruz-Diez, plasticien dont le personnage de Chloé est fasciné. Il est l’un des principaux représentants de l’art cinétique et a beaucoup travaillé sur l’univers perceptif de la couleur dans ses œuvres. J’ai envie de m’inspirer de son art optique dans le spectacle, en permettant au spectat.eur.rice.s de découvrir cette histoire sous différentes colorimétries, qui pourront évoquer les différents points de vue des personnages et leur évolution tout au long de l’histoire.

Héloïse Meire

Préparation de la rencontre

  • Il vous est demandé de lire la pièce et préparer la scène 25. “Tout ce qu’on aura pas fait” (p.70-75) entre Chloé et Mélina. Il vous est demandé d’apprendre les deux rôles, que vous interpréterez à chaque fois avec un.e autre participant.e lors de la rencontre. LIEN vers le texte (le mot de passe pour accéder au texte vous est communiqué dans la lettre d’emploi)
  • Une proposition musicale (instrumentale ou chantée) à partir de ce que la pièce vous inspire (reprise d’une musique/chanson existante, création personnelle, improvisation musicale sur un texte dit,… ). Amenez votre instrument le cas échéant. Un ampli, un micro pied et un piano seront disponibles sur place. L’univers musical du spectacle sera le Jazz-Fusion (jazz inspiré d’autres styles musicaux comme le rock, l’électro, le funk, le classique,…)

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions  ’19, ’20, 21′ et avoir publié votre profil

2. Être libre aux dates de travail (rencontre, répétitions et représentations)

3. Être libre aux dates de la rencontre et arriver à l’heure

4. Avoir lu et accepté de respecter le règlement des rencontres professionnelles

5. Respecter la date de clôture des inscriptions

A propos de l'auteur·ice

Diplômé en sociologie, en économie, en sciences théâtrales et en dramaturgie, Alex Lorette a également une formation de comédien.

Il a entamé son parcours dans le jeu et la mise en scène avant de se consacrer à l’écriture théâtrale. Ses textes prennent des formes diverses (monologues, pièces paysage, théâtre documentaire). Ils s’ancrent toujours dans une analyse de la manière dont le fait social influence la construction de notre identité et notre lecture du monde qui nous entoure. Au cœur des relations se pose toujours la question d’une violence implicite ou explicite, que son écriture interroge : violence d’un monde déséquilibré, violence qu’on impose aux autres, violence qu’on s’impose à soi.

En théâtre, il a notamment écrit les pièces Géographie de l’enfer ; White Pig ; Canopée ; Pikâ Don, Hiroshima ; Mouton Noir ; La Ligne de partage des eaux, et est en cours d’écriture de Sauvages.

Dream job(s), double lauréat du prix des metteurs en scène du CED WB en 2018 (metteurs en scène belges et metteurs en scène étrangers) , pièce remarquée aux JTAL (Journées de Théâtre des Auteurs de Lyon), lauréat de l’aide à la création Artcena 2018, traite de la violence du monde du travail.

Sam Gerstmans – directeur musical

Issu d’une famille de musiciens, Sam commence la musique très jeune. Arrivé à sa majorité, il joue du violon, de la trompette, de la basse électrique, un peu de guitare et un peu de piano. Il découvre le jazz et son choix se tourne vers la basse électrique. Il s’inscrit au jazz studio pendant un an puis rentre au Conservatoire royal de Bruxelles pour trois ans. Durant ses études, il commence la contrebasse dans la pièce Le Maître et Marguerite au théâtre des Martyrs à Bruxelles et l’intègre dans son cursus au Conservatoire pour deux ans supplémentaires. Sam est un passionné de musique sous toutes ses coutures, sous toutes ses formes. Cela fait aujourd’hui 20 ans qu’il accompagne diverses formes musicales : jazz, musique du monde, Pop… Il a aussi enregistré une quarantaine d’albums. Il a également croisé quelques grands noms tels que Philip Catherine, Steve Houben, Rick Margitza, Déborah Brown, Soledad… La musique l’emmène aussi à travers le monde et il se produit au Vietnam, en Chine, au Sénégal, au Maroc, au Brésil, en Colombie, au Canada, en France, en Finlande… Depuis 2017, Il enseigne la contrebasse au Conservatoire Royal de Bruxelles et est en charge d’un ensemble jazz à l’académie communale de Hannut. Ses groupes actuels sont Jean-Paul Estiévenart Trio (+1), Les Violons de Bruxelles, Mohy/Liégeois/Gerstmans Trio, Lorenzo Di Maio Trio, Jazz For Kids et Love Songs avec Manu Hermia et Pascal Mohy, Lester’s Blues, Nina New Dawn (hommage à Nina Simone), Michel Herr, Fabrice Alleman, Frank Vaganée trio,… En théâtre, il a récemment collaboré à la direction musicale du spectacle Hamlet mis en scène par Emmanuel Dekoninck.

Lieu de la rencontre

KJbi - rue Kessels 18 - 1030 Schaerbeek
Localiser sur Google Map