Logo

Reportée /// Un Ennemi du peuple

Thibaut Wenger

© Christophe Urbain

En bref

Thibaut Wenger revient au Centre des Arts scéniques avec une nouvelle création pour deux comédien·nes

En pratique

La rencontre professionnelle aura lieu à une date ultérieure au KJbi, Rue Kessels 18 – 1030 Schaerbeek.

Premier tour : 1h30 un des 3 jours par groupe de 6 personnes
Deuxième tour : 1 service 1 des 2 jours

/!\ Modifications des dates de répétitions et représentations (encore à confirmer)

Répétitions :
24 mai – 5 juin 2021 à définir : 1 semaine à définir à Mulhouse
18 octobre au 5 novembre 2021 : 2 à 3 semaines à Chaumont
13 ou 20 décembre au 31 décembre 2021: 2 à 3 semaines à Fribourg
3 au 10 janvier 2022: 1 semaine à Océan nord
+ 1 à 3 semaine(s) à caler à Bruxelles entre le 8 novembre et le 11 décembre 2021

Représentations :
11 au 22 janvier 2022 : Océan nord
25 janvier au 11 février 2022 : Chaumont, Illzach, Verdun, Fribourg (à préciser)

A propos de Thibaut Wenger

Je travaille souvent sur le répertoire, sur des monuments. Je crois que j’aime venir en second, chercher à jouer, aujourd’hui, avec quelque chose qui n’est plus, avec l’empreinte intime de cette disparition, avec l’Histoire, celle des hommes, celle du théâtre. Je ne cherche pas vraiment une approche qui se distingue, j’essaye juste de travailler sur les textes et leurs présences, dans une relation de proximité et d’étrangeté qui créé des frictions.

Pour en savoir plus : http://premiers-actes.eu

et https://vimeo.com/user66591225

Thibaut Wenger © Christophe Urbain

Distribution

Deux rôles sont ouverts aux bénéficiaires du Centre des Arts scéniques.

Mise en scène : Thibaut Wenger
Texte : Henrik Ibsen
Traduit par Eloi Recoing
Jeu : Joséphine de Weck, Michel Lavoie, René-Claude Emery, Marcel Delval

Le reste de la distribution est en cours. Une partie sera suisse.

Une coproduction de Cie Premiers actes, Opus89, Nuithonie/Equilibre, Nouveau Relax – scène conventionnée de Chaumont, Espace 110 Illzach, Théâtre Océan nord, La Coop Asbl.

Note d'intention

Thomas Stockmann, médecin de la station thermale d’une petite ville dirigée par son frère Peter, découvre que l’eau des bains est polluée par les rejets d’industries locales. Petit bourgeois de province en mal de reconnaissance, Stockmann se prend à rêver d’un grand destin, il s’improvise lanceur d’alerte et bientôt martyr de la cause climatique : avec la perspective de travaux coûteux, d’une longue période de fermeture et d’une publicité désastreuse pour la ville, la « majorité compacte » fait en effet bloc aux côtés de son frère, et Thomas se retrouve seul contre tous. Amoureux de sa vérité solitaire et obsessionnelle jusqu’à l’absurde, sa trajectoire équivoque, qui m’évoque celle d’Alceste, le mènera, en pantalon troué et bonnet, comme un bouffon de comédie, à une autre grande découverte : l’homme le plus fort au monde est le plus seul.

Préparation de la rencontre

Thibaut Wenger recherche le rôle de:

  • Petra (très jeune femme, fille du Dr Thomas Stockmann, institutrice)
  • Hovstad (rédacteur au Messager du peuple)

A préparer :

Thibaut Wenger aime autant constituer les tandems sur place. Vous aurez un petit temps pour vous accorder. Vous pouvez venir avec une proposition de silhouette. Il vous demande d’apprendre le rôle féminin ou masculin selon votre genre de la scène suivante :

Acte III scène Hovstad – Petra (p58 éditions actes Sud papiers)

Hovstad : C’est vous ? Vous venez me voir ? jusqu’au départ de Petra

Conditions de participation

1. Être inscrit·e au Centre des Arts scéniques, promotions ’17, ’18, ’19 et avoir publié votre profil

2. Être libre aux dates de travail (répétitions et représentations)

3. Être libre toute la durée de l’audition et arriver à l’heure

4. Avoir lu et accepté de respecter le règlement des rencontres professionnelles

5. Respecter la date de clôture des inscriptions au 8 novembre minuit (= 9 novembre heure 0)

6. Si vous annulez après le vendredi (17h) qui précède le premier jour de l’audition, il faudra en justifier la raison.

A propos de l'auteur·ice

Ibsen (1828-1906) a écrit l’essentiel de son œuvre à l’étranger. Ses pièces heurtaient l’esprit bourgeois et bien-pensant des norvégien·nes d’alors. L’Allemagne et l’Italie furent ses principaux points d’attache. Toute sa vie, comme s’il s’agissait de remonter le courant, il lutta contre l’univers fermé et sûr de soi de cette société, dont la faillite de son père l’avait exclu. Et s’il fit tout pour s’en faire reconnaître, il ne fit rien pour en faire partie. (Michel Meyer)

Lieu de la rencontre

KJBi rue Kessels, 18 à 1030 Schaerbeek
Localiser sur Google Map